Conte zen : Renki l'éléphant

Conte zen : Renki l’éléphant

Ryoto jeune moine, se plaint de ne pouvoir tenir sa pensée en repos. Elle saute sans cesse, comme un cabri !
« ou comme un éléphant sauvage » dit le vieux maitre zen.
Ryoto, voyant pétiller l’oeil de son maitre, devine qu’il va lui conter une histoire, et il s’assied à ses pieds.
Renki était un éléphant sauvage, que l’on captura à l’âge de trois ans. Une robe gris clair sans défaut, les défenses longues, minces et pointues, des oreilles en forme triangulaire parfaite, un beau mâle que son maitre, un marchand d’éléphants dressés, espérait vendre un bon prix au seigneur du royaume. On attacha Renki à un piquet, au bout d’une corde très solide. Le jeune éléphant se mit à se débattre avec énergie, avec furie, il ruait, piétinait sauvagement la terre sous ses lourdes pattes, barrissait à fendre l’âme. Mais le piquet était bien enfoncé, et la corde épaisse. Renki ne pouvait se débarrasser ni de l’un ni de l’autre. Alors il entra en rage désespérée, mordant l’air, levant la trompe, barrissant lamentablement vers le ciel.
Quand brusquement, un matin, Renki se calma, il ne tira plus sur la corde, ne maltraita plus le sol, ne fit plus trembler le voisinage de ses barrissements. Alors le maitre le détacha ; il put aller d’un endroit à l’autre, portant un baril d’eau, saluant chacun, rendant service à la communauté. Il fut heureux et libre !
Ta pensée est comme un éléphant sauvage, dit le vieux maitre à son disciple. Elle prend peur, saute en tous sens, et barrit aux quatre vents. Ton « attention » est la corde, et « l’objet de ta méditation », le piquet enfoncé dans le sol. Calme ta pensée, apprivoise-la, et tu connaitras le secret de la vraie liberté.