conte-bien-commencer-journéeBonjour,

J’ai envie de partager avec vous un conte.

Il s’agit d’un conte indien ayant pour sujet un héritage.

Belle lecture et bonne journée.

Fouad

Dans un village proche de Peshavar, vivait un vieux pâtre. Il avait dix-sept chameaux et trois fils.

Le père craignait que ses fils se disputent son héritage à sa mort, alors qu’ils étaient pour le moment très heureux à quatre.

Il dit à ses fils: « je vous ordonne de partager entre vous les chameaux ainsi: l’aîné prendra la moitié du troupeau, le cadet en aura le tiers, et le plus jeune en obtiendra le neuvième! ».

Les fils promirent de se partager ainsi l’héritage à la mort de leur père. Mais, au moment venu, ils ne purent y parvenir

Ainsi, les trois frères, si proches jusque là, se mirent à se chamailler car ils voulaient tous respecter leur promesse et ne pas être lésés.

Au cœur d’une querelle apparût un fakir sur son chameau.

Bon et inquiet que les trois frères autrefois si proches s’entredéchirent, le sage leur proposa de prendre son chameau et ainsi d’effectuer la répartition selon la volonté du défunt.

Les frères ayant refusé, il leur dit:  » prenez, prenez, et veuille notre Dieu que je n’en sois pas lésé. ». Les trois frères acceptèrent, si bien que le troupeau comptait dix-huit têtes.

L’aîné eut donc la moitié: c’est-à-dire neuf chameaux; le cadet eut le tiers, c’est-à-dire six chameaux et le plus jeune eut le neuvième, c’est-à-dire deux chameaux.

Et les trois frères, le partage fait, se trouvèrent grandement surpris: le chameau du fakir restait, il était en trop.

Le sage remonta alors sur son chameau, leur sourit et leur dit:  » vous voyez bien, mes enfants, que se disputer ne sert à rien et que la bonne volonté seule permet de résoudre tous les problèmes. »

Et il poursuivit son chemin…